• Chapitre 17

     

    CHAPITRE  17

     

    Aujourd’hui nous sommes samedi et je vais passer ma soirée chez Lize avec ses parents.

    Je devais passer la chercher. Tess n’était pas là du weekend et nous allons profiter de l’après-midi pour faire des choses ensemble. Je n’avais aucune idée sur les endroits où deux jeunes gens pouvaient aller lorsqu’ils avaient rendez-vous. J’espérais que Lize aurait des idées. Je suis arrivé très tôt devant chez elle. Elle a été surprise de voir que j’étais seul, elle croyait que mes amis seraient là. Une prochaine fois peut-être mais pas aujourd’hui c’était notre première sortie.

    Nous ne sommes pas revenus sur sa visite à Christopher, elle m’en  avait déjà parlé grâce à nos petits courriers. Et puis j’avais eu un coup de fil de Christopher dans la soirée. Il avait compris que Lize était la jeune fille de la prédiction et m’a demandé de prendre soin d’elle.

    -          - Qu’est-ce que tu as prévu ? me demanda-t-elle.

    -          - Rien du tout. Je voudrais passer une journée normale comme tous les autres couples. Je me laisse guider aujourd’hui. Montre-moi ce que tu aimes faire.

    -          - D’accord. Alors pour commencer direction la fête foraine qui vient de s’installer dans la ville voisine. Puis centre commercial et pour finir cinéma. Mes parents nous attendent pour 19 heures.

    Elle aime les fêtes foraines. Je n’y étais jamais allé mais je savais qu’il  y avait des manèges qui donnaient des sensations fortes.

    En fin de compte c’était génial, on s’est bien amusé, on a beaucoup ri surtout lorsque je me suis battu avec une barbapapa. Nous avons chahuté, nous nous sommes beaucoup embrassés. J’étais détendu. J’avais l’impression d’être enfin moi-même. Je n’étais plus sur mes gardes. Je n’étais plus un prince en danger, j’étais juste un adolescent de 17 ans. J’étais heureux et je sentais que Lize l’était également.

    Le centre commercial était ennuyeux et puis Lize refusait systématiquement que je lui offre quelque chose. J’avais du mal à comprendre, je voulais juste lui faire plaisir.

    Le cinéma est un endroit tranquille. Je n’ai pas tout compris au film car j’avais du mal à me concentrer avec Lize blottie dans mes bras dans l’obscurité. Nos baisers et nos étreintes nous ont pas mal occupé je dois dire.

    Lorsque nous sommes sortis nous avions encore un peu de temps avant de rentrer chez ses parents. Nous sommes allés prendre un café non loin du cinéma dans une petite rue que je ne connaissais pas.

    -          - Tu as passé un bon après-midi ? me demanda-t-elle.

    -          - Oui, c’était très instructif !

    -          - J’ai aimé te voir comme ça !

    -          - Moi aussi. Tu sais quelquefois c’est dur de se plier à certaines règles. J’ai des obligations envers les autres. Et grâce à toi aujourd’hui j’ai pu être moi-même.

    -          - Qu’en pensent les autres de notre relation ?

    -          - Edwald et Soren t’aiment beaucoup. Je devrais d’ailleurs les surveiller d’un peu plus près ces deux-là, lui dis-je espiègle.

    -          - Et Evguénia ?

    -          - Evguénia restera Evguénia. Je sais qu’elle te provoque de ses regards et que ça te terrifie. N’oublies pas que je peux ressentir tes humeurs. Elle sait également qu’elle et moi c’est impossible. Je crois que quelquefois elle préfèrerait que je meure pour que je ne puisse plus t’appartenir.

    -          - Ne me dis pas des choses comme ça. Je ne veux pas que tu meures, je ne veux pas que tu rejoignes ton père.

    -          - Chut ! Ne gâchons pas cette journée.

    -          - Tu as raison, désolée. En parlant d’Edwald je connais quelqu’un qui s’intéresse à lui.

    -          - Tess ! lui dis-je en souriant. Mais elle ne regarde pas autour d’elle. Il y a quelqu’un qui la dévore des yeux et qui ne demande qu’à se rapprocher d’elle.

    -          - Soren ! Maintenant que tu me le dis je comprends mieux certains de ses comportements.

    -          - Edwald s’intéresse à quelqu’un d’autre et ça le fait beaucoup souffrir.

    -          - Evguénia ?

    -          - Oui évidemment. L’amour est très compliqué. Ce n’est pas facile de trouver la bonne personne. Regarde autour de nous tous les problèmes que ça occasionne déjà.

    -          - Tu regrettes de m’avoir trouvé ? me demanda-t-elle tristement.

    -          - Non ma princesse. Tu es la meilleure chose qui pouvait m’arriver. Tu me donnes la force d’avancer, de lutter contre la volonté de mon père. Si c’est toi qui m’es apparue c’est que tu étais la seule qui m’était destinée. Malheureusement dans le monde il y a des gens qui sont destinés l’un à l’autre et qui ne se rencontreront jamais.

    Je ne regrettais pas d’avoir trouvé Lize. Elle me fait découvrir de nouvelles choses et me fait connaitre de nouvelles sensations. Je croyais que vivre dans mon monde me suffisait mais plus je passe du temps avec elle et plus je me dis que c’est elle qui m’apporte la lumière. Vivre une histoire d’amour avec une humaine est beaucoup plus intense. Leurs sentiments sont multipliés par rapport aux elfes. Chaque jour nous découvrons quelque chose de nouveau et c’est euphorisant.

    Ses parents m’ont reçu chaleureusement. Je ne m’inquiétais pas mais Lize si. Son père me posait beaucoup de questions sur les plantes, les diverses végétations. Cela ne me dérangeait pas du tout je connaissais si bien la nature. J’ai même ajouté que dans ma famille nous avions un don pour le jardinage. J’essayais de me montrer poli et bien élevé mais pour ça aussi cela m’était naturel. Ils m’ont posé des questions sur ma famille, ma mère, mon oncle. Je pense que c’était important pour eux, ça devait les rassurer. Je commençais un peu à comprendre leur point de vue car j’ai tendance moi aussi à vouloir protéger Lize. Ils aimaient énormément leur fille je le voyais à leurs regards qu’ils posaient sur elle.

    Lize me regardait souvent. Au fur et à mesure de la soirée elle s’est détendue. Elle pensait que ça se passait bien et elle m’en était reconnaissante.

    Il était temps pour moi de rentrer. J’ai remercié chaleureusement ses parents pour leur hospitalité. Une idée m’est  venue à ce moment là.

    -          - Monsieur, mon oncle m’a demandé d’inviter Lize samedi prochain. Et je voulais votre permission.

    -          - C’est d’accord mais elle ne devra pas rentrer tard. Je te fais confiance pour prendre soin de ma fille, rajouta-t-il un peu plus durement.

    Je suis monté dans ma voiture et me suis dit qu’il fallait que je parle à Aldaron de mon invitation. Je savais que ça ne poserait pas de problèmes, je pense qu’il sera heureux de connaitre Lize. Par contre comment va le prendre Evguénia ? De toute façon elle ne pourra rien faire, nous serions trop nombreux contre elle.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :