•  

    Chapitre 40

    Explications.

     

    On frappait à la porte de service de chez Christopher. C’était Soren et Edwald. J’avais pleuré énormément. Mais bizarrement plus je pleurais, plus j’entendais ma musique. Et j’ai compris. Maximilien la fredonnait, soit pour me calmer, soit pour se donner du courage en pensant à moi.

    Soren et Edwald n’osaient pas me regarder. Ils avaient les traits tirés. Christopher leur demanda ce qui s’était passé. De tout leur expliquer. C’est Soren qui prit la parole. Il nous dit qu’ils n’avaient jamais envisagé que ce soit Max qui serait enlevé. Ils pensaient tous que c’était moi qui risquait le plus de se faire tuer ou kidnapper pour faire pression sur Max. Ils l’avaient vu rentrer dans l’après-midi, il venait de chez moi. Ils avaient tous perdu beaucoup d’énergie lors de l’affrontement avec les ombres, qu’il a fallu expliquer à Christopher. Il a eu les mêmes conclusions que Max à savoir qu’ils nous avaient piégé et que c’était pour évaluer à quel point nous tenions l’un à l’autre. Soren continua en nous disant que Max est rentré épuisé, inquiet mais cependant étrangement heureux. Ce qui me fit rougir. Il était hors de question que je leur dise ce que nous avions fait. Christopher me regarda et grimaça légèrement puis demanda à Soren de continuer.

    C’est plus tard dans la soirée qu’il a été piégé.

    -          - Piégé par qui ? m’écriais-je en me levant.

    Cette fois-ci c’est Edwald qui a répondu à ma question, il avait les larmes aux yeux.

    -          - Evguénia.

    Je n’en croyais pas mes oreilles. C’était impossible. Elle le connaissait depuis longtemps. Ils étaient tous des amis d’enfance. Ils faisaient partis du même peuple.

    Christopher me prit dans ses bras et m’aida à m’assoir.

    Elle les avait trahi en s’alliant avec le père de Maximilien. Elle était devenue quelqu’un d’autre. Edwald s’en voulait de ne pas avoir vu ses changements, ni ses disparitions afin de monter ce stratagème. Elle a réussi  à attirer Max à l’extérieur pour lui parler soi-disant de son retour chez eux en Islande. Personne ne s’en est aperçu avant ce matin, sauf Edwald. Il n’avait aucune raison de s’inquiéter, ils n’avaient pas senti d’étrangers autour de chez eux.

    Edwald a surpris Evguénia dans la chambre de Max et lui a dit qu’elle avait aidé son père à le kidnapper, qu’ils ne les verront plus jamais. Qu’elle avait passé un pacte avec Delduwath . Elle lui amène Maximilien sur un plateau à condition qu’il la laisse épouser son fils. Edwald a essayé de la retenir mais en rejoignant le côté du mal elle est devenue plus forte et il n’était pas tout à fait remis de l’attaque des ombres.

    Christopher ajouta qu’elle devrait attendre jusqu’au 21 juin avant qu’elle ne puisse épouser Max. Et encore si son père ne la tue pas avant. Soren était sûr que Maximilien était encore sur le territoire américain, que Delduwath avait demandé à Evguénia de l’emprisonner quelque part  jusqu’à cette date. Ils espéraient qu’elle ne ferait pas en sorte d’épouser Max avant son anniversaire. Elle était tellement jalouse de Lize qu’elle voudrait le plus vite possible enlever le lien qui les unit. Christopher me regardait, il essayait de juger mes réactions. Je savais qu’Evguénia ne pouvait plus épouser Maximilien et je me suis sentie encore une fois rougir.

    -          - Lize est-ce qu’il y a quelque chose que l’on doit savoir ?

    Tout doucement je me suis levée et j’ai soulevé mon pull pour leur montrer le bas de mon dos. Je baissais les yeux, je ne pouvais pas les regarder me juger.

    -          - Lize est-ce que tu sais ce que ça veut dire ? me demanda Christopher.

    -          - Oui, Maximilien me l’a expliqué lorsqu’il a vu que j’avais ce tatouage.

    Apparemment il y avait des choses qu’ils ne comprenaient pas.  Notre histoire était unique, un elfe avec une humaine. Ils étaient sûrs qu’il ne fallait en aucun cas qu’Evguénia le sache, cela me mettrait en danger.

    Leur priorité localiser Maximilien. Mais comment ?

    Tout d’abord Christopher étudierait la prédiction qui pèse sur Max et demanderait de l’aide à certaines créatures. Pendant ce temps Soren et Edwald fouilleront leur maison à la recherche d’indices. Eplucheraient l’ordinateur afin de voir si Evguénia n’aurait pas fait des recherches sur des destinations possibles.

    Edwald devait s’éloigner pour mettre ses idées au clair et Christopher lui demanda de retourner en Islande afin d’expliquer à la reine la nouvelle situation concernant Lize. Ils avaient besoin qu’il soit là-bas pour pouvoir répondre très rapidement  à des problèmes que l’on pourrait rencontrer.

    Tout d’un coup Soren se retourna vers moi.

    -          - Tu étais très très mal ce matin ? Et le lien qui t’unis à Max est devenu plus fort depuis que vous avez…. Enfin que tu as eu ce tatouage ?

    -          - Oui. Je n’arrivais plus à respirer. Je me suis réveillée en pleurant cette nuit, je savais qu’il lui était arriver quelque chose.

    Soren nous expliqua que les liens étaient très fort au sein de la famille royale et qu’ils avaient la capacité de se parler par la pensée ou de voir où ils se trouvaient. En général les elfes mariés sentaient seulement les humeurs de leur partenaire. Il savait que Max ressentait déjà depuis longtemps les humeurs de Lize et qu’il voyait ses rêves mais il fut surpris de voir que le lien avait été transmis à une humaine.

    J’ai vu de l’espoir dans le regard de Christopher.

    -          - Dis-nous ce que tu ressens. Parle de la musique.

    -          - Quelle musique ? demanda Edwald.

    -          - Maximilien m’a rencontré cet été au camp de vacances et le jour de mon anniversaire il m’a joué une musique en me disant qu’elle était pour moi. Et ce matin je l’ai entendu la fredonner dans ma tête. Plusieurs sentiments se bousculaient, je me demandais si il voulait me rassurer ou bien si c’était pour ne pas m’oublier. Il m’a poussé à aller chez Christopher.

    -          - Est-ce que tu as vu où il était ? C’est important Lize, réfléchi.

    -          - Je sais qu’ils lui ont bandé les yeux et que maintenant il est dans une pièce obscure et froide, il y est enfermé.

    -          - C’est tout ? demanda Edwald.

    -          - Oui.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique