• Chapitre 48

    Chapitre 48

    Réconfort.

     

    J’allais rejoindre Maminette à la cuisine alléchée par une bonne odeur de tarte.

    -          - Ça va mieux mon trésor ? Tu as parlé à Maximilien  je suppose.

    -          - Oh Maminette. Je fais finir par penser que Tess a raison tu lis dans les boules de cristal.

    -          - Non mais je te connais bien. Et vu ce que tu as ressentis cette nuit, je me suis doutée que tu voudrais savoir si il allait bien.

    -         - Il ne va pas bien Maminette. Il fait celui qui tient le coup mais je sais qu’il s’affaiblit de jour en jour. Nous n’y arriverons pas, finis-je pas lui dire en pleurant.

    Maminette me serra  dans ses bras. Elle me parla doucement en me disant que Max et moi nous étions plus fort que nous le pensions et que si je tenais bon ça lui donnerait le courage de se battre.

    Elle me demanda toute la journée de l’aide pour telle ou telle chose. Je pense qu’elle voulait que je m’occupe l’esprit. Nous avons trié des vêtements pour  donner à des associations, rangé le garage, fais un peu de ménage. Puis nous nous sommes mis à préparer des plats pour tous nos invités de ce soir.

    J’avais peur de me retrouver devant la mère de Maximilien. Comment va-t-elle me juger ?

    -          - Maminette. Comment est la reine Célébrian ?

    -          - Mon trésor ne t’inquiète pas. C’est une femme charmante.

    -          - Ça me fait bizarre de la rencontrer.

    -          - Elle sera heureuse de savoir que tu peux lui donner des nouvelles de son fils.

    -          - C’est curieux comment tu as pris aussi bien le fait que je sois lier à Maximilien.

    -          - Quand je t’ai dis que j’avais compris en voyant la boîte à musique ce qui m’avait poussé à t’offrir mon carnet, j’y ai réfléchi toute la nuit. Je t’ai entendu sortir au petit matin. Je t’ai attendu au salon, tu te souviens. Je ne pouvais pas te dire ce que je savais. J’ai compris que tu étais la jeune fille, la jeune humaine destinée à Maximilien. Mais il fallait que tu traces ton propre chemin, que tu le comprennes seule. Je ne devais pas intervenir. Bien sûr j’avais très peur pour toi, je savais les dangers que tu aurais à traverser. Mais je savais également qu’il y aurait des gens plus puissant que moi qui te protègeraient.

    -          - Comment se fait-il que ce soit moi qui ait été choisi par la reine ? Est-ce un hasard le fait que je sois ta petite fille ?

    -          - Je ne sais pas mon trésor. Mais moi aussi je me suis posée la question. D’ailleurs je compte bien avoir une conversation à ce sujet avec la reine.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :