• Chapitre 61

    Retour à une vie normale

    Je me suis réveillée par l’odeur de café et de chocolat qui venait de la cuisine. Quelqu’un nous avait recouvert d’une couverture. Avant de me lever je déposais de légers baisers sur les lèvres de celui que j’avais enfin  retrouvé. Il était encore légèrement endormis mais il répondait à mes baisers.

    Quelqu’un toussa dans la pièce. Oups ! Nous n’étions pas seuls ! C’était la reine Célébrian. Elle a ris en voyant nos airs gênés d’avoir été pris en faute.

    -          - Je suis vraiment désolée de vous déranger dans un moment pareil mais j’attends depuis un certain temps que vous sortiez du sommeil.

    -          - Un problème maman ?

    -          - Non. Reste tranquille. Il faut juste que je reparte chez nous et je voulais vous dire au-revoir. Il faut que je mette mes affaires en ordre avant de revenir m’installer avec toi à Bothell. Comme tu le sais le jour de ton anniversaire arrive à grand pas et si nous voulons anéantir les projets de ton père il serait plus judicieux que je sois près de toi. Lize, je suis heureuse de te connaître et j’espère pouvoir passer plus de temps avec toi mais dans de meilleures circonstances. Ne doute pas de l’amour réel que vous avez tous les deux, et malgré la situation et l’inquiétude qui pèse sur mon fils je sais qu’il t’aime et qu’il est heureux. Prenez soin l’un de l’autre. Maintenant si tu le veux bien est-ce que je pourrais parler seul à seul à mon fils ?

    -          - Bien sûr. Je vous souhaite un bon voyage. Et …… moi aussi je suis contente de vous connaître.

    Je me suis dirigée vers la cuisine alors que Max et sa mère sortaient dans le jardin. Maminette m’accueillit avec un sourire et s’est approchée pour m’enlacer.

    -          - Comment te sens-tu mon trésor ?

    -          - Bien. Je suis soulagée et heureuse.

    -          - Je vois ça. Mais ne crois pas que je vais accepter de te voir partager le canapé toutes les nuits avec un garçon ma petite fille, me dit-elle en me souriant.

    -          - Merci pour la couverture.

    -          - Je me suis levée cette nuit. Je voulais être certaine de ne pas avoir rêvée et que tu étais bien là saine et sauve. Mais lorsque je suis rentrée dans ta chambre il n’y avait personne dans ton lit et j’ai été prise d’angoisse. Je suis allée au salon et je vous ai vu tous les deux endormis, vous ne vous êtes même pas lâchés pendant votre sommeil. Je n’ai pas eu le courage de vous réveiller.

    -          - Oh Maminette, je suis vraiment désolée de tout ce qui t’arrive, pour tous les soucis que je te donne.

    -          - Ça va aller mon trésor. Allez viens déjeuner. Max va venir te rejoindre ?

    -          - Pas tout de suite, je le crains. Il est avec sa mère dans le jardin. Ils ont des choses à se dire avant qu’elle ne reparte chez elle.

    -          - Elle m’a dit qu’elle allait s’installer à Bothell. Et d’ailleurs à ce sujet moi aussi j’ai  à te parler. Je voulais attendre mais comme nous sommes seules nous allons en profiter pour avoir une discussion sérieuse.

    Elle avait pris un air grave. J’espère qu’elle ne va pas me demander de ne plus voir Maximilien. De toute façon elle sait maintenant que ce n’est plus possible.

    -          - Après les vacances, je rentre avec toi chez tes parents.

    -          - Quoi ? Mais qu’est-ce que tu vas leur dire ? Et puis tu as ta vie, tes amis, tes habitudes,…

    -          - Oui mais à Bothell ils n’ont plus de gardiens pour l’instant et j’ai promis à Christopher de veiller sur vous tous. Je sais que la reine va venir s’installer avec Maximilien mais en attendant vous serez seuls. Aldaron doit repartir avec Célébrian pour pouvoir reprendre des forces suite à sa blessure. Pour tes parents ma petite fille il va être temps de leur dire quelques vérités.

    -          - Ce n’est pas possible, Maminette. Tu sais comment est papa. Il vient tout juste d’accepter Maximilien.

    -          - Ton père c’est d’abord mon fils et j’en fais mon affaire. Je vais juste faire en sorte que tu ne sois pas là. Nous leur dirons que je t’ai déposé avec Tess pour passer la journée avec sa famille et que tu rentreras le lendemain matin.

    -          - J’espère que tu vas réussir. Je ne voudrais pas à avoir à choisir entre mes parents et Maximilien. Tu sais qui je choisirai Maminette, il ne peut en être autrement. Ça me déchirerait le cœur, j’adore maman et papa, mais ma vie, mon destin sont liés à Max.

    -          - Je le sais mon trésor. Mange. Nous reparlerons de tout ça plus tard. Profites de tes vacances s’il te plait, amusez-vous.

    C’est à ce moment là que choisit Tess pour apparaître dans la cuisine. Maminette nous déposa nos chocolats et des cookies. Au fur et à mesure de notre petit déjeuner nous reprenions nos habitudes, nos fou-rires. Ça faisait du bien de revenir à la réalité enfin réalité n’est pas le terme exacte pour exprimer ce que je voulais dire. Plutôt redevenir insouciantes et heureuses comme deux jeunes filles venues passer  leurs vacances chez une grand-mère aimante.

    Soren et Edwald sont venus nous rejoindre. Notre bonne humeur a dû être communicative  car il n’a pas fallu beaucoup de temps pour que les rires et les blagues résonnent dans la pièce.

    Je levais soudain les yeux, Max était appuyé contre l’entrée de la cuisine, il nous regardait et souriait. Nos regards se sont croisés et il est venu nous rejoindre.

    -          - Je crois que je vais vous laisser, nous dit Maminette. Autant de chahut ce n’est plus de mon âge. N’oubliez pas de tout ranger et tout nettoyer.

    Elle quitta la pièce en riant. Je pense que nous avions tous besoin de ce moment de détente et de bonheur après la journée de la veille. C’était le moyen de revenir à une vie normale.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique