• Chapitre 54

    Contact

     

    Tout le monde nous attendait. Tess m’a serré dans les bras et elle a été rejoindre Soren.

    Ma grand-mère était très inquiète mais restait cependant calme. Christopher m’a souri.

    Célébrian s’est approchée de moi et m’a embrassé sur le front. Je commençais à être gênée par autant d’attitudes solennelles.

    La reine m’a demandé de la suivre dans ma chambre afin que nous soyons seul pour communiquer avec son fils. Nous nous sommes une fois de plus retrouvées face à face.

    -          - Quelque chose te gêne Lize ? Je le sens.

    -          - Je ne veux pas vous ennuyer avec ça. Il faut redonner des forces à Maximilien c’est ma priorité.

    -          - Tu ne m’ennuies pas jeune fille. Je veux savoir ce qui te perturbe.

    -          - Tout ça me fait peur. Il y a quelques mois je ne savais même pas que votre monde existait et là maintenant j’ai des pouvoirs. Je ne sais pas lesquels, je ne sais pas si je vais les contrôler. Je me sens horriblement seule malgré le fait que vous soyez à mes côtés. J’ai peur de ne plus jamais revoir mes parents. Et surtout je ne pourrais pas supporter de ne plus jamais revoir Maximilien.

    -          - Je ne me suis pas rendu compte que ça pouvait t’affecter autant. C’est vrai que pour nous tout ce que tu vis est naturel. Nous t’entourons parce que tu es quelqu’un d’important mais sache que l’amour de ta grand-mère, de ta meilleure amie ainsi que celui de Maximilien est bien réel. Je ne peux pas te dire si tu reverras tes parents, nous ferons en sorte que oui. Mais que peut-on prévoir de l’avenir ? Puises ta force dans la nature, elle chassera tes craintes et éclairera ton esprit. Pouvons-nous commencer ou bien as-tu encore quelques questions ?

    -          - Nous pouvons commencer. Maximilien a besoin de moi. Je ne le décevrais pas.

     

    Max. Tu m’entends ?

     

    Ma princesse.

    Je n’ai plus beaucoup de temps.

    Je n’arrive plus à résister.

     

    Mon fils je suis là avec Lize.

    Bats-toi.

    Tiens-toi prêt nous allons te transmettre par votre lien

    L’énergie nécessaire pour reprendre des forces.

     

    Vous avez réussi ?

    Lize je suis fier de toi.

    Quels sont tes aptitudes ma princesse ?

     

    D’après ton oncle les mêmes que les tiens.

     

    Très intéressant.

    J’aimerais tellement être à tes côtés.

     

    Bientôt mon amour.

    Nous faisons tout notre possible pour te libérer.

     

    Maintenant Lize je vais te prendre les mains

    Tu vas faire exactement ce que tu as appris tout à l’heure

    Avec mon frère.

    Tu vas libérer ton esprit et penser très fort à l’énergie

    Que tu as en toi et ensuite tu laisseras Maximilien

    Faire le reste.

    Tu es prêt mon fils ?

     

    Oui.

    Ça va aller Lize ne t’inquiètes pas.

     

    Je fermais les yeux, respirais calmement. Je sentais une force bouillonner à l’intérieur de moi, qui ne demandait qu’à jaillir tel un volcan rentrant en éruption.

    J’ai ouvert mon esprit, mais je l’ai subitement refermé car je sentais que quelque chose ou quelqu’un venait sans y avoir été invité.

    Calme-toi ma princesse.

    Ce n’est que moi.

    Je vais penser à des souvenirs communs

    Afin que tu puisses me laisser entrer dans ton esprit.

     

    J’ai repris une respiration lente. Petit à petit je sentais cet état de plénitude envahir mon corps. J’ai senti Maximilien entrer dans mon esprit et puiser tout doucement la force que j’avais en moi. Pendant ce temps un souvenir puissant investissait les lieux, le souvenir de cette nuit où mon lien s’est renforcé avec Maximilien. J’ai ressenti les émotions qu’il avait eu cette nuit là et j’ai vu que ses sentiments étaient forts, qu’il m’aimait vraiment d’un amour qu’aucun mot n’aurait pu décrire.

    Ma force s’amenuisait. Je lâchais prise et refermais mon esprit avant de disparaître dans le néant.

    Lorsque j’ai repris conscience j’étais allongée sur le lit. Ma grand-mère était à mes côtés ainsi que la reine Célébrian.

    -          - Ah ! Enfin mon trésor. Ça fait plusieurs heures que tu es inconsciente.

    -          - Ne t’inquiètes pas Margareth. Elle va aller mieux. Ce qu’elle vient de faire est très éprouvant, je te l’ai déjà expliqué.

    -          - Je te promets que je vais mieux Maminette. Je n’ai mal nulle part. J’ai juste ressenti le besoin de me reposer. Célébrian comment va Maximilien ?

    -          - J’ai perdu le contact lorsque tu t’es évanouie mais il a repris des forces je le sentais lorsqu’il puisait ton énergie.

    -          - Ce n’est pas dangereux pour elle ? demanda vivement ma grand-mère.

    -          - Non. Sa réaction a été normale. Et puis Maximilien a su arrêter avant. Il tient trop à ta petite fille pour lui faire du mal. La nature aidera Lize à se ressourcer continuellement et donc si il fallait qu’elle recommence ça lui sera plus facile et moins épuisant. Au bout de quelques années ça devient tellement naturel que l’on s’en aperçoit pas sauf si nous subissons des attaques.

    -          - Nous allons te laisser te reposer. Ce soir nous aurons des décisions importantes à prendre. Nous ne pouvons plus attendre plus longtemps pour passer à l’action.

    -          - Quoi ? Ce soir ? Mais….

    -          - Il n’y a pas de mais Lize. Ecoute ta grand-mère et repose-toi. Ils nous restent encore beaucoup de chemin à accomplir et très peu de temps. Nous aurons besoin de tout le monde si nous voulons sauver Maximilien.

    -          - D’accord puisque je n’ai pas le choix.

    -          - Profites-en pour essayer de reprendre contact avec mon fils. Il était très inquiet pour toi et vous avez certainement des choses à vous dire. Et puis vu vos souvenirs vous avez de plus en plus de mal à être éloigné l’un de l’autre, me dit Célébrian en me souriant tout en refermant la porte derrière elle.

    Oh non ! Elle a vu les mêmes choses que moi. Ce n’est pas possible, je ne pourrais plus la regarder, c’est tellement gênant.

    Je fermais les yeux, en essayant de vider mon esprit.

     

    Max, mon amour.

    Tu vas bien ?

    Réponds-moi.

     

    Oui ma princesse.

    Je vais même très bien.

    Mais tu m’as fait très peur.

    Je t’ai vu partir dans le néant.

    J’ai eu l’impression de te perdre à jamais.

     

    Je vais mieux.

    Et je vais apprendre à me servir de mon énergie

    La prochaine fois ça se passera sans problèmes.

     

    Pour l’instant nous n’aurons pas besoin de recommencer.

    Ce que tu m’as transmis était assez puissant

    Pour que je puisse durée quelque temps.

    Je sens que quelque chose te perturbe.

     

    Ta mère a vu nos souvenirs.

     

    Oh ! Oui ! D’accord !

    Je comprends mieux ton humeur.

    C’est de ma faute je voulais te montrer un souvenir

    Qui a été fort pour l’un comme pour l’autre.

    Et c’est celui-ci qui m’est venu naturellement.

     

    Nous avons encore un peu discuté enfin en pensée. Il m’a rassuré alors que c’est lui qui est enfermé, lui qui est prisonnier, alors que moi je suis libre et entourée de gens aimant.

    Il m’a expliqué qu’il serait obligé de jouer la comédie devant Evguénia et les ombres car ils soupçonneraient quelque chose si il le voyait débordant d’énergie.

    J’ai fini par m’endormir bercée par la musique qu’il me fredonnait dans ma tête.

     


    votre commentaire
  • Chapitre 53

    Aptitudes

     

    A l’aube Maminette est venue me réveiller doucement et sans un bruit pour ne pas réveiller Tess.

    Je prenais mon petit déjeuner lorsque Soren et Edwald sont entrés dans la cuisine suivis d’Aldaron.

    Je ne me sentais pas très bien, je me demandais pourquoi Aldaron tenait à être présent. Il s’en ai rendu compte et a tenu à m’expliquer sa présence.

    -          - Lize, tu vas avoir besoin de moi ce matin. Etant l’oncle de Maximilien je fais parti de la famille royale. Soren et Edwald vont t’aider mais c’est mon rôle de te guider. Tu es prête ?

    -          - Oui. Que dois-je faire ?

    -          - Ta grand-mère nous a indiqué un endroit pas très loin où nous serions tranquille et où il y a quelques arbres assez vieux. Plus ils sont âgés et plus cela te sera facile de leur parler afin que l’on sache si tu as l’aptitude de puiser leur énergie.

    Nous avons marché en silence jusqu’à cet endroit. Si ne n’avais pas autant eu de crainte j’aurais certainement apprécié les lieux.

    Aldaron posa sa main sur plusieurs arbres et s’arrêta sur un très vieux chêne.

    -          - Lize, viens me rejoindre. Je voudrais que tu portes un autre regard sur la nature. Tu vois cet arbre il a plusieurs centaines d’années. Tu dois entrer en contact avec lui, le considérer comme un être vivant.

    -          - Comment peut-on savoir que nous sommes en contact avec lui ?

    -          - Tu le sentiras à l’intérieur de toi. Pour nous tout cela est naturel. Dès notre naissance nous savons comment entrer en contact avec la nature. Je ne sais pas comment t’expliquer les choses.

    -          - Soren m’a dit qu’il fallait mieux me montrer plutôt que m’expliquer.

    -          - Il a raison. Viens , approche-toi. Pour ton premier contact Soren et Edwald vont  t’aider. Ils vont poser chacun une main sur cet arbre et avec l’autre te tenir la main. Tu vas te vider la tête, respirer régulièrement et calmement. Tu vas te concentrer pour ouvrir ton esprit.

    Soren et Edwald m’ont pris chacun une de mes mains et on posé l’autre sur l’arbre. J’ai essayé de me caler sur leur respiration, j’ai fermé les yeux. Vider mon esprit c’est ce qui m’a pris plus de temps. La nature était d’un calme reposant. Un léger vent faisait bouger doucement les branches. J’écoutais la nature s’éveiller tranquillement. J’avais un profond sentiment de plénitude. A ce moment là j’ai senti des picotements au bout des doigts et qui a traversé tout doucement tous mon corps comme le faisait le sang dans mes veines.

    J’ai ouvert les yeux, nous étions entourés d’un halo de lumière. Il n’était pas aussi brillant que celui de Maximilien mais ça y ressemblait.

    Soren et Edwald ont enlevé leur main et le halo a disparu. Nous nous sommes lâchés.

    -          - Excellent, nous dit Aldaron. Maintenant Lize nous savons que tu peux recevoir ce don. Il faut avant cela que tu saches certaines choses. Ce chêne va te faire un magnifique cadeau mais seulement si tu l’acceptes. Tu as un lien exceptionnel avec Maximilien et d’après ce que je viens de voir et ce que je sais tu vas avoir le même don que lui. C’est un don rare il faut que tu en es conscience. C’est la première fois qu’un humain a ce privilège et si la nature a décidé de te donner cette magie c’est certainement pour une bonne raison. Malheureusement  je ne peux pas t’en dire d’avantage nous avançons un peu dans le brouillard avec toi. Acceptes-tu de continuer ?

    -          - Si ça peut m’aider à sauver celui que j’aime oui je l’accepte.

    Soren et Edwald m’ont serré chacun leur tour dans leur bras pour me donner du courage. Aldaron m’a demandé de me rapprocher encore un fois du vieux chêne. Il a posé mes mains sur l’arbre et m’a demandé de vider mon esprit et de faire comme avec les garçons.

    Quand il a senti que j’étais prête il m’a dit que l’arbre m’aiderait à la transformation, qu’il était là avec moi pour faire le lien entre le ciel et la terre.

    Cette fois-ci j’ai ressenti la même chaleur que lorsque Maximilien m’avait touché le tatouage. Une brise légère a tourbillonné autour de moi et de l’arbre. J’ai ouvert les yeux, le halo de lumière était réapparu. J’étais dans une bulle de bien-être. Je sentais la sève couler à l’intérieur de l’arbre comme le sang qui coulait dans mes veines.

    La brise s’est calmée jusqu’à disparaître complètement. Aldaron m’a dit que je pouvais enlever mes mains tout en remerciant la nature pour ce qu’elle m’avait offerte.

    -          - Comment te sens-tu ? me demanda Aldaron.

    -          - Apaisée et forte. Est-ce que je peux vous posez une question ?

    -          - Bien sûr.

    -          - Est-ce qu’il y aura des conséquences à ce don ? Tout se bouscule dans ma tête. Je voudrais partir immédiatement pour délivrer Maximilien mais en même temps j’ai terriblement peur.

    -          - Je vais essayer de répondre à tes interrogations. Tout d’abord c’est normal de vouloir aller te battre, tu es rempli de l’énergie de l’arbre, de sa puissance, tu te sens prête à soulever des montagnes. Ta peur est là pour te remettre les pieds sur terre, pour t’aider à prendre des précautions par rapport à tes faits et gestes. C’est cet ensemble qui te donne un équilibre. Les conséquences de ton don ? Malheureusement  personne ne peut y répondre à part Maximilien. J’en suis désolée. Nous pourrons seulement te guider au fur et à mesure. Il faut rentrer maintenant la reine t’attend, elle va t’aider à redonner des forces au prince.

     


    votre commentaire
  • Chapitre 52

    Edwald.

     

    Malgré le pourquoi nous étions tous réunis, nous avons passés une agréable soirée. Maminette et la reine avait apparemment beaucoup de choses à se raconter. Christopher et Aldaron discutaient de plan d’action et les gardes de la reine les écoutaient attentivement.

    Tess, Soren, Edwald et moi nous nous sommes éclipsés dans ma chambre, mais au bout d’un certain temps Tess et Soren nous ont faussés compagnie. Je me suis retrouvée seule avec Edwald.

    -          - Comment te sens-tu ? lui demandais-je.

    -          - Mieux merci. Etre parmi mon peuple m’a beaucoup aidé. J’ai beaucoup discuté avec la reine. Elle m’a soutenu dans certaines décisions.

    -          - Est-ce que ce serait impoli de te demander qu’elles sont les décisions que tu as prises ?

    -          - Non. Et encore moins depuis que tu es liée à Max. J’ai pris la décision de devenir un garde royale.

    -          - Mais tu es déjà un genre de chevalier. En quoi ça consiste.

    -          - J’ai fait le serment d’être le garde privilégié de notre prince et sa femme. Par conséquent je suis ton garde personnel en l’absence de Max. Je ne dois en aucun cas me marier, ça nous est interdit.

    -          - Mais…. Pourquoi ? A cause d’Evguénia ?

    -          - Oui. Parce que je n’aimerais  jamais plus personne comme je l’ai aimé et  qu’elle avait trop d’emprise sur moi. Je ne saurais pas choisir le moment venu entre sauver Max et la sauver elle. Le seul moyen c’était de prêter serment pour être garde. C’est un serment magique qui nous lie à la famille royale jusqu’à la mort. J’ai pris cette décision de mon plein grès et je suis à ton service.

    -          - Mais je ne veux pas de garde personnel. Tu es mon ami et surtout celui de Maximilien. Il ne voudra pas de ça pour toi. J’en suis sûre.

    -          - Il comprendra mon choix. Il restera mon ami et lui seul pourra prendre la décision de mes privilèges.

    -          - Es-tu plus heureux que ces derniers jours ?

    -          - Oui. Je suis serein maintenant. Comme libéré d’un énorme poids.

    -          - Je m’inquiétais beaucoup pour toi. Je te sentais tellement triste.

    -          - Je savais que tu avais remarqué. Tu es tellement intuitive. Je comprends pourquoi vous vous aimez à ce point Max et toi. Vous vous ressemblez tellement.

    -          - Tout à l’heure j’ai vu que la reine vous avait parlé à toi et à Soren. Est-ce pour que j’apprenne à puiser l’énergie des arbres ?

    -          - Oui. Je suis époustouflé par votre lien. Nous essayerons de voir dès demain matin à l’aube si tu as les aptitudes d’un elfe. C’est pourquoi je vais te laisser dormir car tu vas avoir besoin de force pour communiquer avec la nature. Bonne nuit Lize.

    -          - Bonne nuit à toi aussi.


    votre commentaire
  • Chapitre 51

    La reine Célébrian.

     

    Tout le monde avait raison, c’était une très belle femme qui s’avançait dans ma direction. Elle avait vraiment l’allure d’une reine enfin l’image que l’on peut se faire d’une reine. Sa démarche était naturellement digne. Elle était blonde alors que Maximilien avait les cheveux plus foncés mais cependant il avait les mêmes yeux que sa mère.

    Tess s’était écartée avec Soren qui s’est penché en avant pour rendre hommage  à sa souveraine.

    Je me suis demandée si je ne devais pas faire la même chose, c’était la première fois que je rencontrais quelqu’un d’aussi important.

    Alors que je m’efforçais à essayer de faire une révérence, une voix douce s’est élevée.

    -          - Non. Relève-toi. Tu n’as pas à faire ce genre de chose devant moi, puisque si j’ai bien compris tu es la femme de mon fils. Magareth y-a-t-il un endroit où je pourrais parler seule à seule avec ta petite fille ?

    -          - Dans ma chambre, lui répondis-je. Enfin si ça ne vous dérange pas.

    Elle me demanda de lui montrer le chemin et je la suivis en laissant tout le monde au salon. J’avais peur de me retrouver seule avec elle mais en même temps très excitée de rencontrer la mère de Maximilien.

    -          - Est-ce que je peux voir ton tatouage, s’il te plait ?

    J’ai soulevé mon tee-shirt. Ses yeux brillaient d’espoir. Lorsqu’elle a passé la main sur la marque royale une chaleur a traversé mon corps. Elle a ensuite posé son regard sur ma boîte à musique. Elle l’a prise, ouverte et écouté ma mélodie. A ce moment là son regard à changer, ses yeux s’étaient remplis de tristesse.

    -          - Vous pouvez reprendre votre boite à musique si vous voulez. Je sais qu’elle vous appartenait.

    -          - Non. Elle est à toi maintenant. Et je vois que tu y es très attachée puisque tu l’as emmenée avec toi.

    -          - Oui. La musique que Maximilien m’a composé m’apaise et m’aide lorsqu’il n’est plus avec moi. Et en ce moment j’en ai vraiment besoin. Oh ! Je suis désolée de parler de ça avec vous. Vous devez beaucoup souffrir vous aussi.

    -          - Je vais mieux maintenant. Lorsqu’Edwald m’a parlé de ton tatouage j’ai su que l’on avait une chance de le sauver. J’ai su que vous étiez liés mon fils et toi pour la vie. J’ai hâte de faire ta connaissance. Hâte de savoir comment va mon fils.

    -          - Je ne vais pas vous le cacher. Il ne va pas bien du tout. Ses forces s’amenuisent de jour en jour. Ils le torturent et Evguénia veut absolument qu’il accepte qu’elle soit sa femme.

    -          - Je suppose donc qu’elle ne sait pas pour ton tatouage ?

    -          - Non madame.

    -          - Pas de madame s’il te plait. Je préfère que tu m’appelles Célébrian. Il faut que je parle à mon fils. Est-ce que tu veux bien m’aider ?

    -          - Oui. Je vais lui parler par télépathie.

    -          - Je préfèrerais lui parler moi-même. Ne t’inquiètes pas tu ne risques rien. Je vais juste faire le lien avec lui à travers le tien. Il te suffit de me tenir les mains et penser à lui, de l’appeler comme tu le fais déjà. Tu entendras notre conversation et tu pourras lui parler.

    Toute tremblante, j’ai tendu mes mains vers la reine. Nous étions l’une en face de l’autre. On aurait pu penser à une séance de spiritisme et qu’on s’apprêtait à rentrer en communication avec des esprits. J’ai pensé très fort à Max et je l’ai appelé.

     

    Maximilien tu m’entends ?

    Oui ma princesse.

    Tu vas mieux ?

    Je sais que tu as encore eu une vision cet après-midi.

    Ne t’inquiètes pas pour moi.

    Je te l’ai déjà dit, je suis bien entourée.

    Mais je veux que tu te concentres.

    Surtout ne fais rien qui pourrait leur faire comprendre

    Que tu communiques avec moi.

    Lize, je le sais.

    J’ai senti la présence de ma mère à tes côtés.

    Mon fils. Enfin.

    Tu vas bien ?

    Oui maman.

    J’essaie de tenir.

    Du moins je veux rester lier à Lize jusqu’au bout.

    Il n’y a plus d’espoir tu sais.

    Mais je suis heureux d’avoir eu la chance de connaître

    Un tel amour avec la jeune fille

    Qui se tient à tes côtés.

    Tu as encore une chance d’être sauver.

    Pour moi, pour Lize garde espoir.

    Je ne laisserais pas ton père t’arracher à nous.

    Nous trouverons un moyen.

    Le lien que j’ai avec Lize est très fort.

    Il faut que tu voies jusqu’à quel point nous sommes liés.

    Je vais m’occuper d’elle.

    Toi, tu te bats et tu gardes espoir.

    Maximilien nous allons te laisser.

    Je te parlerais plus tard.

    Je suis rassuré de te savoir auprès de ma mère.

    Je t’aime ma princesse.

    Je t’aime aussi.

     

    Célébrian me regardait tendrement. Après quelques minutes de silence nous avons repris notre conversation.

    -          - Raconte-moi ton histoire avec mon fils.

    Je lui ai tout raconté, notre rencontre, mes impressions, mes peurs, mes sentiments. Je n’ai pas donné les détails d’une fameuse nuit dans ma chambre mais je lui ai parlé de mes craintes lorsque j’ai vu le tatouage.

    Moi aussi je voulais lui poser certaines questions mais je ne savais pas jusqu’où je pouvais aller envers une reine. Je me suis cependant lancée.

    -          - Maximilien et Maminette m’ont parlé de la prédiction et je voulais savoir si c’est vous qui avez décidé que ce soit moi qui serait destinée à sauver votre fils.

    -          - D’une certaine manière oui. Mais il n’y avait rien de certain. Pour que la magie opère il fallait que je trouve la jeune fille. Mais comment choisir une jeune fille humaine alors qu’elle n’était  pas encore née et que je ne m’éloignais que très rarement de mon peuple. Une idée m’est apparue. Margareth m’avait dit que son fils aurait bientôt un enfant. Pendant la nuit j’ai envoyé une prêtresse chez tes parents afin qu’elle sache le sexe de l’enfant. A son retour elle m’a certifié que tes parents  attendaient une fille.

    -          - Mais alors Maximilien et moi ce n’est pas réel. Tout est arrangé depuis le début.

    -          - Non mon enfant, ça ne fonctionne pas comme ça. Je prenais de gros risques mais c’était également la dernière solution. Si le jour de ses 17 ans Maximilien ne t’avait pas vu en rêve nous perdions tout espoir, ça voulait dire que tu ne lui étais pas destinée. La magie ne peut pas forcer les sentiments. Je n’en ai jamais parlé à Maximilien, pas avant ce jour où il est venu me parler de ses rêves. Je voulais qu’il grandisse normalement comme tous les autres. Mais j’ai cru que j’avais échoué, il a mis un peu de temps pour me parler de toi. Sois certaine d’une chose, la magie n’est pour rien dans votre amour, elle a juste jouer un rôle dans la rencontre de deux âmes sœurs.

    -          - Merci de m’avoir donné ces explications. J’aime votre fils et je suis prête à tout faire pour le sauver. Mais certains évènements  présents et  à venir me font peur.

    -          - Le lien ?

    -          - Oui. Maximilien me dit qu’il est très fort. Je sais aussi que c’est une première dans votre monde.  Il découvre mes aptitudes en même temps que moi, il les comprend plus vite. Mais il ne peut rien me dire sur ce qui peut m’arriver.

    -          - Pour l’instant tu as les mêmes aptitudes que les elfes de la famille royale. Au début tu ne ressentais que les humeurs de Maximilien. Après l’arrivée de ton tatouage, ce qui est assez extraordinaire je dois dire car étant humaine ça n’aurait pas dû arriver, tu as pu parler avec lui par la pensée et maintenant tu as des visions. Maximilien par sa naissance est un être exceptionnel et le fait qu’il se soit lié à une humaine est également exceptionnel. Nous allons donc chercher ensemble ce qui va t’arriver ensuite. Plus on trouvera, plus nous aurons des chances d’aider le prince.

    -          - Maximilien m’a parlé de quelque chose.

    -          - Oui ?

    -          - Il m’a demandé de parler à Edwald et Soren pour qu’ils m’apprennent à puiser de l’énergie aux arbres afin de lui redonner des forces.

    -          - Mais oui. Il a raison. Je vais en parler avec les intéressés et nous commencerons ton éducation elfique dès demain. Mais pour l’instant il est temps pour nous de rejoindre tout ce petit monde.

     


    votre commentaire
  • Chapitre 50

    Une entrée lumineuse.

     

    J’étais inquiète pour Tess, ils n’étaient pas encore rentrés. Ça fait maintenant deux heures que Christopher est arrivé et toujours pas mes amis. Lui aussi commençait à s’inquiéter, je le voyais à son front tout plissé.

    J’étais allongée sur le canapé, je me remettais grâce à la potion du gardien d’une autre vision. Maximilien tenait bon, mais jusqu’à quand ?

    La porte s’est enfin ouverte sur un joli petit couple souriant et se tenant la main. Christopher s’est enfin détendu et  a demandé à Soren de le suivre dans leur chambre. Tess en me voyant s’est précipité pour savoir ce qui m’était arrivée.

    -          - J’ai dû mal à supporter de te voir souffrir autant Lize.

    -          - Je sais, ne t’inquiètes pas. De te voir enfin ici me réconforte. Et puis, dis-moi, tu n’as rien à me raconter ? lui demandais-je souriante.

    -          - Lize ce n’est pas le moment. Et puis je ne peux pas te jeter mon bonheur à la figure alors que toi tu es séparée de celui que tu aimes.

    -          - Justement j’ai besoin de savoir qu’il y a des gens qui sont heureux autour de moi. Tu sais on vous a vu vous tenir la main. Votre escapade d’aujourd’hui s’est bien passée ?

    Tess m’a raconté sa journée mais s’est attardée surtout sur ses moments d’intimité avec Soren. J’étais vraiment heureuse pour eux, c’est vrai. Cependant lorsqu’elle me parlait de ses baisers j’avais un pincement au cœur et pensais très fort à Maximilien.

    Soren est venu nous rejoindre, il avait fait le point avec Christopher sur ce qu’ils avaient remarquer dans la journée. Celui-ci maintenant passait des coups de téléphone.

    -          - Encore une vision, me demanda Soren.

    -          - Oui, mais c’est passé.

    -          - Comment va Max ?

    Je sentais  au son de sa voix qu’il était très inquiet pour son ami.

    -          - Pour l’instant il tient le coup. Soren j’ai quelque chose à te demander. Ce matin j’ai réussi à parler à Maximilien. Il m’a dit qu’il pourrait prendre ma force mais il faut que vous m’appreniez à puiser de l’énergie dans les arbres. Tu peux m’expliquer ?

    -          - Il t’a vraiment demandé ça ? C’est bizarre tu ne peux pas le faire, seuls les elfes puisent leur puissance et leur magie de la nature.

    -          - Il pense à notre lien qui devient de plus en plus fort. Tu sais que ça a commencé par nos humeurs que j’ai ressenti aussi chez lui, la télépathie et maintenant les visions. Si je peux aider Max je le ferais, alors explique-moi.

    -          - Je ne peux pas expliquer il faut te montrer. Si ça ne te dérange pas j’aimerai d’abord en discuter avec la reine. Si elle accepte nous ne serons pas trop de deux avec Edwald pour te montrer et t’aider. Mais tu as raison le lien que tu as avec Max est exceptionnel et ça peut fonctionner.

    Soren s’est brusquement levé, il a regardé vers la porte. Une forte lumière blanche nous est apparue à travers les fenêtres.

    Maminette s’est précipitée pour ouvrir. Tess et moi nous nous tenions debout l’une contre l’autre derrière Soren. Deux hommes sont entrés, puis l’oncle de Maximilien. Derrière lui se tenait une très belle femme blonde la reine Célébrian. Edwald suivait  et pour finir quatre autres personnes devant l’entrée. Je me suis dit à ce moment que l’on commençait à manquer de place dans la maison de ma grand-mère. Maminette et Célébrian se sont enlacées chaleureusement, elles étaient heureuses de se retrouver depuis tout ce temps.

    Edwald nous a souri et nous a fait un petit signe de la main. Contre toute attente, l’oncle de Max m’a souri également et s’est incliné dans ma direction.

    Puis tous se sont écartés pour laisser Célébrian s’avancer vers moi.

     


    votre commentaire